Quelques extraits de la revue Approches

Camus, Des dieux de lumière – à retrouver dans Approches : Camus

Comme l’été provençal, Camus connaît une belle vieillesse. Peut-être parce qu’il n’a jamais quitté l’innocence de l’enfance.     Par un étrange comportement, la nature nous offre en automne ses plus beaux fruits ; trois fruits mûris lentement au soleil entre 1941 et 1959 tombent du ciel aujourd’hui. C’est le temps de la moisson, celui de la savouration.

Création à partir de presque rien – à retrouver dans Approches n°179 : L’infime

« Tout le sel est dans ce presque. En 1900, la physique était, pensait-on, presque terminée. Deux petits nuages noirs flottaient dans son ciel bleu. Ils allaient déclencher les orages de la relativité et de la mécanique quantique. »

Être contemporain – à retrouver dans Approches n°175 : Le contemporain

« On n’est jamais contemporain d’autre chose que de son enfance. Mais on peut se rendre contemporain de son temps, à condition de le vouloir. Faut-il alors épouser toutes les modes ? Le vocabulaire, le vêtement, l’habitat, les villégiatures, les lieux de plaisir ? S’intéresser au marché de la peinture, aux mises en scène d’où le texte a disparu, où les pièces n’ont plus d’auteur ? Et la vie politique et sociale ne demande-t-elle pas un engagement aujourd’hui ? »

APPROCHES n°160,  J.-B. Pontalis – Le silence des commencements

APPROCHES n°161, Le fait divers

Retour haut de page