• Couverture_177
  • Couverture du n°175
  • Couverture du n°174
  • Couverture du n°173
  • Les promesse du commencement
  • Couverture du n°171 de la revue Approches
  • Couverture Approches n°170
  • Couverture du n°168 de la revue Approches - Résister
  • Couverture du numéro 169 - sur la simplicité

APPROCHES

APPROCHES

S’interroger

échapper au « verbalisme » qui inonde l’espace médiatique.

Rechercher

ne pas succomber aux sirènes de l’idéologie.

Diversifier les perspectives

aiguiser un esprit véritablement critique.

Ouvrir une brèche

Camus, Des dieux de lumière – à retrouver dans Approches : Camus

Comme l’été provençal, Camus connaît une belle vieillesse. Peut-être parce qu’il n’a jamais quitté l’innocence de l’enfance.     Par un étrange comportement, la nature nous offre en automne ses plus beaux fruits ; trois fruits mûris lentement au soleil entre 1941 et 1959 tombent du ciel aujourd’hui. C’est le temps de la moisson, celui de la savouration.

Création à partir de presque rien – à retrouver dans Approches n°179 : L’infime

« Tout le sel est dans ce presque. En 1900, la physique était, pensait-on, presque terminée. Deux petits nuages noirs flottaient dans son ciel bleu. Ils allaient déclencher les orages de la relativité et de la mécanique quantique. »

Être contemporain – à retrouver dans Approches n°175 : Le contemporain

« On n’est jamais contemporain d’autre chose que de son enfance. Mais on peut se rendre contemporain de son temps, à condition de le vouloir. Faut-il alors épouser toutes les modes ? Le vocabulaire, le vêtement, l’habitat, les villégiatures, les lieux de plaisir ? S’intéresser au marché de la peinture, aux mises en scène d’où le texte a disparu, où les pièces n’ont plus d’auteur ? Et la vie politique et sociale ne demande-t-elle pas un engagement aujourd’hui ? »

Irène Némirovsky adolescente, coll. Olivier Philipponnat

Irène Némirovsky, ou les identités meurtries – à retrouver dans Approches n°180 : Irène Némirovky

« En octobre 2004, le prix Renaudot récompensait à titre posthume le chef-d’œuvre inachevé d’un écrivain disparu depuis plus de soixante ans, déportée à Auschwitz quatre jours après son arrestation par la gendarmerie française, le 13 juillet 1942. Suite française a connu depuis un succès universel. »

Chateaubriand et la France du moment – à retrouver dans Approches n°175 : Le contemporain

« Ce « souci du contemporain », souci d’une commune présence dans les temps de crise, s’accompagne volontiers  d’un enthousiasme, ou pour le moins d’une excitation à humer « l’air du temps » ; mais il  va de pair, dans le meilleur des cas,  avec la volonté de ne pas s’en laisser conter, et  davantage encore avec le fécond paradoxe d’une posture  à même  de faire surgir « le faisceau de ténèbres » qui provient d’un temps désaccordé… »

A propos d’Unica Zürn – à retrouver dans Approches n°182 : L’art en folie

« Les salles d’exposition de l’Hôpital Sainte-Anne sont régulièrement ouvertes pour présenter des œuvres qui relèvent de « l’Art des Fous », qui sont aussi des « Fous de l’Art ». Il s’agit de productions émanant de personnes, d’artistes, qui ne sont généralement pas considérés d’abord comme tels – des auteurs d’œuvres ayant un projet artistique – mais comme des personnes « différentes », souvent sur le plan psychique. Ils ont effectué, eux aussi, des travaux originaux, lesquels ont retenu l’attention de certains médecins et soignants, d’abord pour les informations qu’ils pouvaient donner sur l’état mental, parfois obsessionnel, de leurs auteurs, avant qu’un véritable intérêt, indépendant de l’aspect médical, ne finisse par modifier le regard de celui qui observe… »

Alberto Giacometti, de la petitesse monumentale à la grandeur infime – à retrouver dans Approches n°179 : De l’infime

« Dans un entretien avec Pierre Dumayet, Giacometti revient sur la genèse de ses petites figures debout inspirées par sa vision de loin d’Isabel sur le boulevard Saint-Michel : « La sculpture que je voulais faire de cette femme, c’était bel et bien la vision très précise que j’avais eue d’elle au moment où je l’avais aperçue dans la rue, d’une certaine distance. Je tendais donc à lui donner la grandeur qui était la sienne quand elle était à cette distance. »…


De l’honnête imposture – à retrouver dans Approches n°166 : De l’imposture

A lire le chapitre III de la Genèse, l’histoire de l’humanité commença par une tentative d’imposture : plutôt qu’être ce que vous êtes, n‘être que ce que vous êtes, vous pourriez être… « comme Dieu ». …

Retour haut de page