Anciens numéros

De la polysémie à la confusion : le mot « culture », Alain Finkielkraut

Le mot « culture », alors que je faisais mes études, que je me cultivais, et même que je commençais d’enseigner, ne revêtait pas pour moi une importance capitale ; il ne faisait pas partie des mots qui m’étaient chers. Peut-être parce que j’y voyais justement un de ces mots fétiches de l’humanisme classique dont je ne voulais pas « ânonner en chapelet la rengaine », pour reprendre très exactement ce que je viens d’entendre.

Boldini, portraitiste exceptionnel de la Belle Époque, Daniel Bergez

Natif de Ferrare, Giovanni Boldini (1842-1931) s’installe à Florence en 1864, où il manifeste déjà un talent remarqué de portraitiste et de coloriste. C’est à cette époque qu’il s’initie à la société mondaine, où se recruteront jusqu’à la fin la plupart de ses commanditaires. Après un passage par Londres où il perfectionne son art du portrait, c’est à Paris qu’il s’installe à partir de 1871, à 29 ans.

Autour de François Tosquelles, Guy Samama

Pendant la Seconde Guerre mondiale, se produisit un phénomène majeur : une effervescence qui révolutionna la psychiatrie et, au-delà, toute la société. Elle était fondée essentiellement sur trois piliers : une décolonisation et une libération de la folie, une humanisation des soins, le primat de la vie collective sur la vie individuelle.

Combattre pour changer les mentalités, Basile Saint Verraut

Tout un régiment qui défend un village devant l’occupant pour sauver la vie d’un soldat. Une jeune femme partant dans les montagnes pour surmonter sa dépendance à l’alcool. Un groupe menant la résistance face à une intelligence artificielle hors de contrôle dans un futur post-apocalyptique. Guerre, mission, défi, séparation, maladie… Affronter quelqu’un, quelque chose ou lutter contre soi-même. Le cinéma est truffé de combats en tout genre.

La guerre intime de Pierre Buraglio, Philippe Reliquet

Pierre Buraglio, artiste de grande réputation, présenté dans de nombreux musées et régulièrement exposé en galeries, est né en 1939. Parmi ses sources d’inspiration, souvent politiques, la guerre a joué un rôle important. Son père a été longuement prisonnier de guerre durant son enfance, et l’absence, la conjuration des risques qu’il encourrait, son retour ont profondément marqué Buraglio.

Retour haut de page